Emmanuel Macron tente de séduire la jeunesse Burkinabè

Tournée africaine du président Emmanuel Macron

 En tournée africaine depuis le week-end dernier, le président Français Emmanuel Macron est arrivé au Burkina Faso ce Mardi 28 Novembre pour exposer la vision de la France sur le développement du continent africain. La question de la jeunesse au cœur de cette tournée a conduit l’occupant de l’Elysée a touché du doigt les vrais problèmes de l’’Afrique, devant des centaines d’étudiants burkinabés qui attendaient beaucoup de son discours. Emmanuel Macron a d’abord rendu un hommage à cette jeunesse par des mots bien choisis pour sa vitalité dans sa lutte pour l’instauration de la démocratie dans ce pays dont l’histoire reste dominée par le manque de lumière sur la mort de Thomas Sankara. Ce jeune et ancien président révolutionnaire  assassiné en octobre 1987.Le président français a d’ailleurs rendu un hommage à cet homme, même s’il déplore que depuis lors le Burkina Faso n’ait plus tracé une véritable politique coopération avec la France depuis la mort de Sankara. Parlant notamment de la jeunesse, il a mis l’accent sur la formation par une politique de rapprochement des universités afin d permettre aux étudiants africains en général et particulièrement du Burkina d’acquérir des formations au même titre que leurs amis du monde. A cet effet, il a pris l’engagement solennel de faire en sorte que les étudiants en formation en France bénéficient des visas de longues durées, et facilité la mobilité de ces derniers sur le sol français. Les questions d’offres de bourse d’études, d’échanges culturels inter états, la scolarisation de la jeune fille, la santé, la démographie galopante, le changement climatique et surtout le problème de la migration des jeunes africains ont tous été passés au peigne fin par Macron qui, une fois, a qualifié la traite des noirs africains en Libye comme un crime contre l’humanité. Sur la question de la sécurité au niveau sous région et face à la montée du terrorisme en Afrique le président français a salué les efforts faits par les différentes organisations africaines sous régionales et promis un appui accru de la France dans les jours à venir. Il a souhaité que la démocratie soit davantage promue dans les Etats Africains. Cependant, sur ce point « la France n’a pas de leçon à donner à un autre pays sur la question de la démocratie. Ce n’est pas à elle de demander à tel ou tel pays de respecter la constitution » a insisté Macron. Un discours flatteur salué à sa juste valeur par la jeunesse Burkinabé notamment les Etudiants qui avaient pris d’assaut les Amphi de l"université Joseph Ki Zerbo" d'Ouagadougou. Beaucoup d’autres sujets concernant le continent africain seront débattus lors de ce sommet UE-Afrique qui s’ouvre ici à Abidjan. Notamment la question de l’Economie, de la coopération, du développement etc.


José TETI  

Retour